Créer un site internet

Matériel

 

   

Concernant le matériel, on est bien loin de mon Agfamatic Pocket 4008 et de sa barrette de flashes de mes débuts.

 

Mon premier reflex fût un excellent Minolta X 300  avec deux optiques Sigma. Un 75-200mm et un 400mm.

La raison de ce choix, est qu’un ami baroudeur, lui aussi équipé en Minolta SRT 101 à l’époque, me prêtait de temps à autres ses optiques, en métal, de marques inconnues et imprononçables, qu’il avait achetées en Algérie dans les années 70, et qui pesaient un poids fou. L'ayant recroisé par hasard après s'être perdu de vue pendant 25 ans, ce dernier me confirma la marque des optiques ; Göerlitz semble t-il !

Encore merci Jacques !

La robustesse de ses boîtiers, qu’il laissait vadrouiller au sol entre les sièges de sa golf GTI, au gré de sa conduite sportive et chaotique, et ce sans aucune protection ni cache, m’avait impressionné.

La passion se faisant de plus en plus dévorante, je languissais de posséder un de ces nouveaux boîtiers autofocus.

Je mis à l’époque toutes mes économies dans un Nikon F4s et son objectif mythique, le Nikon Af 180mm f2.8.


Puis assez rapidement vint un AF 300mm f4, sans oublier l’excellent 50mm f1.4 que je possède toujours d’ailleurs.

Après mes études, c’était la voiture ou mon matériel photo. La passion venait de choisir pour moi, au Grand Dam de mes parents.

Je rajoutais quelques années plus tard un Nikon F100 pour profiter de la souplesse d’un second boîtier.

Et l'AF-S 300mm f2.8 vint remplacer l’ancien 300mm f4.

Ce fût tout pour la période argentique.

 

En fait, je suis passé assez tard au numérique, toujours soucieux concernant le rendu de ces nouveaux boîtiers, qui d’après moi, avaient du mal à rivaliser au début avec la qualité d’une velvia ou autre ekta.

Une fois presque tout revendu, (en excellent état évidemment), je suis passé au D200, à trois reprises, puis au D300, à deux reprises, avant de me stabiliser.

Ensuite mon fourre tout comprenait un D700 et un D300 en second boîtier, configuration idéale pour les mariages et reportages assez

calmes, laissant le temps de changer de boîtier. 







Aujourd’hui, mon matériel actuel se compose exclusivement d'un tout nouveau Nikon D4, Une véritable bombe qu'il va falloir apprendre à maîtriser, et les optiques Nikon suivantes : un AF-S 14.24mm f2.8 ; un AF-S VR 70-200mm f2.8, et un récent AF-S VR G 500mm f4, rêve de vingt ans.

Le flash est toujours le Sb 26 de l’époque F100, et j’ai également un multiplicateur Nikon AF-S TC 14 E dont je ne me sert quasiment jamais.

Le trépied 055 Manfrotto reste un fidèle allié malgré ses vingt ans de service, et je viens de remplacer la rotule 141 rc de la marque, par la ball 468 MGR C3, plus adaptée au poids du Télé. 

 imagesd4-2.jpeg

  

 

Après un turn-over important de sacs photo, en raison du changement de taille de matériel, je suis toujours resté assez impressionné par la robustesse des sacs Lowepro. Le dernier en date étant un Le Pro Trekker 600 aw. Extra, si ce n’est le gabarit hors norme pouvant ne pas être autorisé en cabine lors des vols au départ de la France...!!!

Je pense n’avoir rien oublié, si ce n’est le réveil, les jumelles, le pliant et le filet de camouflage pour la photo de nature.

Ah, un sac Tenba imputrescible qui accuse une quinzaine d’années,  m’accompagne lors de mes reportages divers. Son cordura est plus solide que la plupart des revêtements en crépi de certaines façades, contre lesquelles je l’ai malmené parfois.

 

La patience, la motivation, et la persévérance donnent de biens meilleurs résultats que la course au matériel, même s’il est vrai qu’adapter ce dernier en fonction de ses thèmes de prédilection reste important. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site